Quel est l’avenir de la voiture électrique de société ?

Quel est l’avenir de la voiture électrique de société ?

La décision est enfin tombée : entre 2023 et 2026, le gouvernement fédéral supprimera progressivement les avantages des véhicules à carburant fossile, l’objectif étant l’électrification complète des flottes de véhicules de société. La question est de savoir ce que cela implique concrètement pour les entreprises. Quoi qu’il en soit, Luminus s’engage à tout mettre en œuvre pour vous accompagner sur la voie de la transition verte.

La voiture de société à l’heure actuelle

La Belgique est connue pour compter un grand nombre de voitures de société, ce qui a un effet indéniable sur notre mobilité quotidienne. En 2019, 57 % de tous les véhicules immatriculés étaient des voitures-salaires, dont moins de 2 % étaient totalement électriques.

La nécessité d’investir dans les infrastructures

Le principal obstacle à une transition à grande échelle et à court terme réside dans le manque d’infrastructures adaptées. On constate en effet une véritable pénurie de points de recharge.

Environ 80 % des Belges ont la possibilité d’installer une borne de recharge à leur domicile. Si cela n’est pas réalisable, le mieux est de recharger son véhicule sur son lieu de travail.

« La plupart du temps, je recharge mon véhicule à la maison. »

Vanessa Beltrane
Key account manager Luminus

Si vous voulez avoir une longueur d’avance, investissez dès maintenant dans des bornes de recharge sur le parking de votre entreprise.

Si, en matière de véhicules électriques, le choix est encore relativement limité, la situation évolue rapidement. Depuis quelque temps, les constructeurs ont enclenché la vitesse supérieure afin d’augmenter la production de véhicules 100 % électriques.

Ces mêmes constructeurs maîtrisent tellement bien la fabrication de véhicules thermiques, plus rentables, qu’ils continuent toujours de privilégier cette technologie. La fabrication de voitures électriques est plus complexe et, à l’heure actuelle, ce marché semble encore trop restreint au regard des investissements nécessaires. La seule manière de rompre ce cercle vicieux est que la demande augmente. À cet égard, le monde politique et les grandes entreprises doivent prendre les devants. La réussite passe notamment par l’électrification complète du parc de véhicules de société.

« C’est pourquoi nous avons élargi notre offre de véhicules à des marques fleet non traditionnelles. »

An Van Waes
Fleet manager Luminus
  • LA BONNE NOUVELLE

Les objections émises autrefois à l’encontre des voitures électriques, comme le faible rayon d’action et les limites du réseau électrique, ne sont plus de mise. En effet, une voiture électrique possède désormais une autonomie moyenne de 300 à 450 km par recharge. Et d’après Synergid, la fédération des gestionnaires de réseaux, le réseau électrique belge est prêt à accueillir 1,5 million de voitures électriques.

« Avec une charge complète, ma Tesla Model 3 parcourt environ 350 km. »

Kristof Stassen
Electric mobility program manager Luminus

L’avenir des voitures de société « fossiles » et électriques

En Belgique, à partir de 2026, seules les voitures de société « zéro émission » resteront fiscalement déductibles. Il s’agit donc uniquement des voitures 100 % électriques ou des voitures à hydrogène. Parallèlement, la fiscalité attractive pour les voitures de société équipées de moteurs à combustion sera rapidement supprimée. Le ministre en charge associe directement ce verdissement du parc de voitures de société à un budget mobilité élaboré et renforcé.

La déductibilité fiscale des voitures de société fonctionnant au diesel ou à l’essence, qui est actuellement de 75 %, passera en 2021 à 57 %. De même, la cotisation CO2 mensuelle sur les voitures diesel ou essence sera augmentée d’environ 10 euros. Le TCO (Total Cost of Ownership, ou Coût total de possession) de ces véhicules ne cessera de croître, contrairement à celui des voitures électriques, qui se stabilisera, voire diminuera.

            À partir de 2023, la déduction fiscale des véhicules hybrides et thermiques sera limitée à 50 %À partir de 2026, la déduction fiscale des véhicules hybrides et thermiques sera suppriméeLes véhicules électriques demeurent déductibles à 100 %Les bornes de recharge domestiques sont déductibles à concurrence de 1 500 eurosL’installation de bornes de recharge accessibles au public sur le site de centres commerciaux, de supermarchés, de magasins et d’immeubles de bureaux est déductible à 200 %

« Les normes d’émission entraînent une augmentation des coûts et une diminution des avantages fiscaux pour les véhicules à carburant fossile. Pour une entreprise, cela peut représenter une différence de plusieurs centaines de milliers d’euros. » An Van Waes – Luminus Fleet manager

Dès lors, Luminus mise sur des solutions globales permettant de passer progressivement à un parc automobile entièrement électrique, comprenant l’installation de bornes de recharge et les conseils relatifs aux possibilités d’indemnisation. Nous ajoutons également au contrat de leasing une option permettant de fournir des voitures de location si vos collaborateurs doivent faire des déplacements plus longs.

Voitures de société vertes = mobilité durable pour tous

Il est logique de penser que le verdissement des voitures de société favorise considérablement la durabilité de la mobilité globale en Belgique. En effet, les voitures de société représentent plus de la moitié des véhicules motorisés et parcourent le plus grand nombre de kilomètres. Avec une flotte de voitures de société 100 % électriques, nous pourrions réduire de moitié les émissions de CO2 et la pollution de l’air sur nos routes !

Par ailleurs, la transition vers des voitures de société électriques présente d’autres conséquences loin d’être négligeables :

  • L’industrie suit. Le choix de belles voitures électriques de qualité et abordables ne cesse d’augmenter.
  • Les voitures de société nécessitent des infrastructures adaptées dans les villes et les communes, ce qui permet aux utilisateurs privés de sauter plus facilement le pas.
  • Sur le marché de l’occasion, le prix des voitures électriques de société diminue, ce qui les rend accessibles aux conducteurs privés disposant d’un budget plus limité.